Regard sur... Le conseil de l’action sociale

Vous connaissez le conseil communal ? Peut-être un peu moins le conseil de l’action sociale… Permettez-nous de vous le présenter puisque deux conseillers Ecolo en font partie !

Publié le mercredi 13 janvier 2016

Le conseil de l’action sociale est le lieu où se prennent les décisions pour la politique et la gestion du CPAS. Il est composé de huit membres (4 PS, 2 Renouveau, 2 Ecolo) et d’un président (PS). Une réunion du conseil se compose de deux parties : les dossiers sociaux et les points administratifs.

Les dossiers sociaux

Des citoyens de Marchin attendent la décision du conseil pour obtenir une aide. Si, dans de nombreuses situations, il n’y a pas lieu de débattre parce que l’octroi de l’aide sociale relève d’un droit du bénéficiaire, dans certaines situations, il s’agit de délibérer du bien-fondé de la demande. Il nous faut alors comprendre la situation, être les plus justes possibles et rester cohérents avec d’autres décisions prises ultérieurement. C’est « en notre âme et conscience » que nous prenons les décisions.

Toute demande d’un bénéficiaire est traitée par les travailleurs sociaux, puis présentée au conseil auquel appartient la décision finale. Nous avons donc une responsabilité importante vis-à-vis de ces citoyens bénéficiaires.

Depuis la réforme du chômage, le nombre de revenus d’insertion sociale est en constante augmentation. A Marchin, nous sommes passés de 45 à 67 demandes et on estime leur nombre à 70 d’ici à la fin de l’année ! Cette mesure est illégitime selon nous puisqu’elle ne fait qu’accentuer l’appauvrissement de la population. Les CPAS sont insuffisamment armés et financés pour faire face à l’afflux de demandes.

Les points administratifs

Toute la politique et la gestion du CPAS passent par le conseil. Cela concerne le budget et les comptes (il s’agit de veiller à la gestion saine des finances, en restant humain), la gestion du personnel, l’achat de matériel, l’organisation des différentes activités, l’accueil et l’accompagnement des demandeurs d’asile, le suivi de la Maison des Solidarités et de tout ce qui fait la vie d’un CPAS.

Nous défendons la conception du CPAS comme service de proximité. Conscients que les dégradations environnementales, notamment les atteintes au climat, toucheront d’abord les personnes les plus fragilisées, nous souhaitons renforcer l’autonomie des bénéficiaires via les services d’insertion professionnelle et d’insertion sociale. Nous voulons donner à la Maison des Solidarités les moyens de renforcer les missions de rencontre et de partage de ce lieu de proximité.

Le conseil se réunit une fois par mois. Bien sûr, nous voulons être présents et actifs à chaque séance… Mais en tant que conseillers Ecolo, nous souhaitons aussi être à l’écoute des besoins et souhaits des bénéficiaires et de l’équipe des travailleurs sociaux. Cela implique de consulter les dossiers avant chaque réunion. Rencontrer ainsi les assistants sociaux dans le quotidien de leurs missions auprès des bénéficiaires est indispensable pour coller à la réalité de cette institution !

Nous voulons être attentifs aux suivis des dossiers, vérifier que les décisions prises soient mises en application, que les procédures soient respectées. Même si nous ne connaissons pas tous les bénéficiaires, nous inscrivons cette proximité dans un souci de justice, de sens social et de sérieux, sans oublier notre devoir de réserve et de discrétion.

Lors des dernières élections communales, un quart de la population de Marchin a donné sa confiance aux représentants du groupe Ecolo au sein du conseil de l’action sociale. Nous désirons être à la hauteur de cette confiance par un travail consciencieux et humain, par une présence assidue et efficace.

André Struys et Dominique Cottin




Retour au Minute Papillon N°1