Pollution du Lileau lors du rallye sprint ce lundi de Pâques

Publié le samedi 2 avril 2016

Ce week-end de Pâques s’est déroulé le Rallye Sprint de Marchin. Encore un sport moteur que la plupart des Marchinois ont dû subir.

Il ne s’agit pas ici de prendre position pour ou contre le sport moteur, mais de constater des faits et des désagréments, trop souvent infligés aux citoyens et aux paysage de notre belle commune.

Ce lundi 28 mars, Marchin est réveillé par les vrombissements des moteurs. La journée, hormis une présence massive, désagréable à l’œil et dangereuse sur la place du village, un stationnement anarchique, hormis quelques excès de vitesse hors circuit et quelques excès de boissons, semble se dérouler normalement.

Depuis de nombreuses années, le groupe Ecolo, mets les autorités communales en garde par rapport à l’organisation de tels rendez-vous. Nous demandons aussi que les riverains soient consultés avant le déroulement de telles épreuves. Nous sommes péniblement arrivés à la constitution d’une charte composée de recommandations, de règles et de lois. A chaque organisation, on déroge ou on bafoue ces lois avec une aisance consternante. Par exemple, une épreuve ne peut se dérouler en agglomération, proche d’une école, les participants et les spectateurs doivent respecter le code de la route...

Nous avons plus d’une fois mis le doigt sur les manquements et la mauvaise organisation de ces événements mettant à mal la sécurité des citoyens, des spectateurs et mettant à mal la beauté, la pureté et la propreté notre terre condruzienne. Mais il est très difficile de se faire entendre.

Ce lundi soir, nous avons été contactés par des riverains se plaignant de dégâts importants et de pollution visible des chemins et du Lileau (ruisseau marchinois). Nous avons pu constater sur place l’étendue du problème. Après avoir clairement vu l’écoulement d’eau polluée d’hydrocarbures (huile ou carburant) dans le Lileau, nous avons contacté, le Bourgmestre, l’Échevin des travaux et la police de l’environnement. Nous avons en retour, le bourgmestre, le commandant des pompiers, ETPH [1], la police de l’environnement. Certains y mettant une meilleure volonté que d’autres, le problème semble avoir été géré. Quand à savoir s’il a été géré efficacement, nous ne sommes pas compétents pour en juger.

Beaucoup de questions et un goût amer nous restent. Qu’en aurait-il été si nous n’avions contacté nous-mêmes les autorités ? Comment prévenir plutôt que guérir ce genre d’incident ? Pourquoi faire passer un rallye dans de beaux petits chemins de promenades, maintenant saccagés ? Pourquoi passer aussi dans des sites qui devraient être naturellement protégés ? Pourquoi les riverains et citoyens ne sont-ils jamais consultés avant et après l’organisation de ces rencontres sportives ? ...

Tant de questions qui, nous l’espérons, un jour trouverons une réponse, mais surtout permettront une organisation moindre et optimale de ce genre de rencontres.

[1] Société Étude et Traitement de la Pollution aux Hydrocarbures basée à Marchin (http://www.etph.be/ )

Portfolio