Les sports moteur sur la commune de Marchin (26 janvier 2012)

Publié le dimanche 29 avril 2012

Régulièrement, la problématique relative à l’organisation de sports moteur fait débat au sein du Conseil Communal de Marchin. Nombre de conseillers s’interrogent :

- Quelles sont les mesures de sécurité prises par la Commune et/ou les organisateurs afin que les « épreuves » se déroulent dans les meilleurs conditions ?
- Quelles sont les responsabilités en cas de non respect de ces consignes de sécurité ou de comportements inciviques de spectateurs (prises de risques, dégradation et non respect des propriétés privées) ?
- Quelle est la procédure pour introduire une éventuelle demande de dédommagement lorsque des dégâts sont constatés ?
- La commune assiste-t-elle les personnes demandeuses dans ces démarches ?
- Quelles sont les retombées (fréquentation des commerces, notoriété de la commune, ...) et les coûts (mise à disposition de personnel communal, de matériel, heures supplémentaires des forces de police, réparations de voiries effectuées préalablement ou à posteriori, ...) qu’engendrent l’organisation de ces activités sur la commune ?
- Dispose-t-on d’une évaluation claire des « bénéfices » engrangés par, notamment, les associations qui collaborent avec les organisateurs ?
- Les riverains sont-ils correctement informés et consultés avant et après ces organisations afin de mieux appréhender les impacts et de formuler des pistes d’amélioration pour l’avenir ?
- ...

Ces axes de réflexion ne sont évidemment pas exhaustifs. Il y a lieu également de s’interroger sur les comportements qu’engendrent ces événements plusieurs jours avant et après les épreuves et sur l’exemplarité de ces « spectacles » ne pouvant que générer de l’ambiguïté notamment dans le chef des plus jeunes conducteurs et des enfants. Ainsi, Monsieur le Président peut-il nous préciser si des mesures spécifiques sont prises en terme de prévention et/ou de répression et si une évaluation participative incluant les riverains est réalisée à l’issue des organisations  ?

Enfin, existe-t-il un cahier des charges imposés aux organisateurs et aux associations qui collaborent à ces organisations ? Si oui, celui-ci ne devrait-il être examiné au sein du Conseil Communal ? Dans l’hypothèse où un cahier des charges ne serait pas d’application lors de chaque organisation, ne serait-il pas intéressant de l’imposer ?

Un débat sur cette problématique devrait être organisé au sein du Conseil Communal afin que chacun puisse s’exprimer, obtenir les éléments de réponses aux questions formulées et éventuellement formuler des recommandations ou demandes complémentaires aux organisateurs.

Les articles de presse sur le sujet :

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20120128_00111336

http://www.lavenir.net/article/deta...