Franco Granieri

3ème effectif sur la liste du parlement wallon

Publié le jeudi 15 mai 2014

37 ans
Rue Rouge Renard, 4 à Marchin
3 enfants : Matthieu (8 ans), Etienne (6 ans) et Maxime (3 ans).

Qui es-tu ?
Un idéaliste, amoureux de la vie et de sa Famille au sens Large (ils se reconnaitront).

Ton principal trait de caractère :
Ouvert sur le monde et l’homme, je suis d’une nature généreuse.

Tes qualités, tes défauts :
Mes principales qualités sont l’Altruisme, la générosité.
Une autre qualité très importante pour moi est le l’exigence que j’ai vis-à-vis de moi-même et donc des autres.
On n’aime jamais parler des ses défauts, même si ça permet de mieux se connaitre... ...et donc d’essayer de s’améliorer ! Mon éducation m’a forgé une humilité naturelle, c’est parfois une difficulté dans ce monde d’individualisme exacerbé.

Pourquoi t’engages-tu ? Je pourrais vous parler des générations futures et des craintes que j’ai en tant que jeune papa de 3 garçons...
Mon combat veut s’inscrire dans la réalité d’aujourd’hui, pour créer les conditions d’une prospérité raisonnée. En tant que fils de l’immigration italienne, mon expérience de vie m’a permit de comprendre combien le monde de l’emploi est un facteur primordial d’intégration sociale.
Il est important que tous les acteurs politiques, associatifs et culturels se mobilisent pour relever le défi de l’emploi. Car nous ne devons pas nous tromper de cible, il ne faut pas combattre les chômeurs, mais bien le chômage. Il faut donner des perspectives d’avenir à notre jeunesse pour ne pas qu’elle soit la génération sacrifiée sur l’autel de l’austérité.

Ce qui t’énerve le plus dans la vie :
Le rejet de l’autre sous toutes ses formes.

Ce qui t’énerve le plus dans la politique :
Le repli sur soi de certains parti de droite.

Les trois vœux que tu choisirais pour le bon génie :
Une énergie propre et gratuite.
De la nourriture saine pour tous.
Ne pas voir les gens qu’on aime nous quitter (mourir).

Les propositions du programme Ecolo que tu voudrais mettre en avant :
La relocalisation de l’économie et l’instauration de droits de douane sociaux/environnementaux.
Je m’explique : dans ce grand combat qu’est l’emploi, il est primordial de se donner des outils qui vont nous permettre de favoriser la production locale. Comment peut-on accepter que l’on détruise des emplois chez nous et que les produits que nous consommons soient fabriqués/cultivés loin de chez nous avec ce qui peut être assimilé à des subsides d’états ?
De plus, dans certains de ces pays lointains, les contraintes sociales ou environnementales n’étant pas au mêmes niveaux que la Belgique, la biodiversité locale est parfois mise en péril, le travail d’enfants dans des conditions indignes est souvent pratiqué, les travailleurs sont toujours exploités... !
Cette mondialisation débridée crée des pressions sur les humains et sur la terre. Car pour produire toujours plus à des prix toujours plus bas, certains pays n’hésitent pas à sacrifier la santé de ses citoyens et de son environnement.
Produire localement n’est pas un acte révolutionnaire mais un acte de bon sens !

Une autre mesure que je voudrais mettre en avant, c’est l’objectif d’isoler 100 % de l’habitat wallon dans un délai de 10 ans.
Car la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas.

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ?
Nous appliquons à nous-mêmes ce que l’on exige des autres. Ecolo n’a pas attendu les problèmes liés aux cumuls des mandats pour obliger ses mandataires à ne pas cumuler.
Nous nous focalisons sur nos mandants et ne cumulons pas plusieurs fonctions exécutives.

Ce que tu dirais pour convaincre d’aller voter le 25 mai ?
Les hommes et les femmes qui vont sortir gagnant de ce scrutin sont ceux qui vont devoir donner un nouvel élan à notre région, pays, Europe.
Ne laisse pas le soin aux autres de choisir pour toi et accompli cet acte civique qui est à mes yeux un des plus bel acquis de notre humanité.