À propos du budget communal 2014

Publié le mercredi 18 décembre 2013

« Évidemment nous avons longuement analysé et discuté ce budget. A lire ces chiffres nous ressentons un grand malaise.
Nous sommes solidaires avec le Collège pour dénoncer le climat d’austérité dans lequel les communes doivent évoluer. Le contexte de crise économique et financière doit être assumé ici alors même que les décisions structurelles macro-économiques n’ont pas été prises plus haut.

Pendant longtemps notre commune a été reconnue pour son dynamisme et sa pro-activité à mettre en œuvre des projets ambitieux. C’est à mettre au crédit du Collège.
Cependant il semble que, par imprudence ou par manque de planification et de prospective sur le moyen ou le long terme, le Collège n’ait pas vu venir les grandes difficultés dans lesquelles se trouvent aujourd’hui les finances communales…
Résultat 2013 : 134.224 € de déficit.
Résultat 2014 : 317.561 € de déficit.
Le boni en 1 an est passé de 533.290 € à 87.121 €
soit 446.169 € de perte…
Des chiffres qui font froid dans le dos.
A ce jour, les comptes 2013 ne sont pas finalisés, mais il n’est pas difficile d’imaginer qu’ils seront en négatif.

Le Collège nous l’a dit en commission budget, c’est un budget vérité et le 1/3 boni est largement dépassé. La commune devrait passer sous plan de gestion et nos instances risquent de perdre l’autonomie dans les choix politiques futurs.

Déjà il y un peu moins d’un an, nous avons voté contre le budget car nous n’y avions pas trouvé de projection à 5-6 ans, un tableau de bord, une vision durable.

La question est posée : comment voter un budget ou aucun choix n’est fait en matière de redressement des finances ? Quelle est la vision à long terme du Collège pour notre commune en matière de solidarité, d’enseignement, d’environnement, de culture et surtout d’emploi ?
Le Collège nous donne l’impression que la seule issue qu’il peux imaginer est la mise sous CRAC… Et qu’il pourra alors, sous couvert d’une obligation de cette tutelle, faire les choix douloureux. Veut-il faire dire au CRAC ce qu’il ne veut pas dire directement ?

Le Collège nous a confié que dorénavant il allait réunir plus souvent la commission budget et qu’il sera ouvert aux propositions de l’opposition… Il nous demande de lui faire confiance. Mais cela demande des actes. Pourquoi est-ce par voix de presse que nous apprenons ses choix sur les services à restructurer, que nous découvrons le passage sous plan de gestion alors que lors de deux séances du Conseil il nous répondait simplement demander l’avis du CRAC… ? Pourquoi ne pas nous avoir transmis le rapport de la réunion avec le CRAC comme promis ? Pour l’instant, cela ne prend pas le chemin d’une saine collaboration. Mais ça pourrait changer… nous voulons y croire et serons disponibles.
Petits conseils techniques pour commencer : réunir la commission avant que tout ne soit bouclé, consulter ses membres sur la date de réunion…

Il est certain que la crise que traversent les finances communales est largement aggravée par les éléments que vous rappelez (SRI, Arcelor-Mittal, zone de police, etc…). Mais ces facteurs expliquent-ils à eux seuls la situation d’aujourd’hui ? Nous ne le pensons pas.
Quelques exemples :
- 100 000 € pour la construction d’une vitrine pour le chauffage biomasse du collectif 13. (Nous avions voté contre). Beau projet mais est-ce bien le moment ?
- 16 000 € pour l’agrandissement de l’atelier décor de l’asbl Devenirs sur le site de Grand-Marchin. Beau projet mais est-ce bien le moment ?
- 72 000 € pour l’aménagement d’un local de répétition aux forges pour les artistes régionaux. Beau projet mais est-ce bien le moment ?
- 52 000 € pour l’acquisition d’une grue. Surement bien utile, mais est-ce bien le moment ?
- 70 000 € non prévus (et donc non provisionnés) pour couvrir les frais de 10 ans de charges pour un pavillon de l’Athénée…
Vous voyez, l’idée de vivre avec moins de biens et plus de liens nous semble être une réalité qui s’impose de plus en plus à nous. ;-)

En tout état de cause, nous sommes opposés à la compression de la masse salariale, qu’elle vienne de licenciements ou de non-remplacements d’agents. Car, au-delà de la casse sociale pour les personnes concernées, elle entrainera une pression sur les agents restant, réduira la qualité des services rendus aux marchinois et mettra en péril la cohésion sociale.

Au vu de tout cela, vous comprendrez que nous avons voté contre ce budget 2014. »

Un article de Vers l’avenir : "Marchin : la Commune pourrait licencier"

A télécharger