À propos des comptes 2013

point 3 du Conseil communal du 28/05/14

Publié le mercredi 4 juin 2014

D’abord nous déplorons une fois de plus, que la commission budget ne se soit pas réunit avant cette présentation. Qu’en est-il de la collaboration tant désirée annoncée par le Collège l’an dernier ?

L’exercice propre est en négatif de 80.000 euros. C’est la moitié du déficit budgété mais ça reste encore significatif. En revanche, c’est une nette amélioration du résultat du compte 2012 qui était, il est vrai, catastrophique (315.000 € de déficit).

Pour comprendre 2013, il faut revenir un instant sur 2012. Le résultat 2012 [1] a plongé sous la forte hausse de différentes dépenses : la dotation au CPAS et surtout la dépense de personnel. Il faut remarquer la part très importante du personnel subsidié, qui ne cesse d’augmenter et dont le poids dépasse celui du personnel non subsidié...

Le (relatif) redressement de 2013 semble s’expliquer par la stabilisation de ces dépenses de personnel dont les effectifs non subventionnés diminuent quasi de moitié, alors que les effectifs subventionnés poursuivent leur augmentation...

Malgré la stabilisation des dépenses de personnel, deux facteurs semblent plomber le résultat 2013 [2] :
- La hausse des dépenses d’énergie et d’éclairage public. La commune devrait accentuer l’isolation de ses bâtiments et augmenter la performance de l’éclairage public.
- Et, surtout, la hausse des dépenses de dette, alors que celles-ci avaient été maitrisées en 2011 et 2012. Nous nous inquiétons de cette hausse car l’endettement de la commune, et donc le poids de la charge de la dette, sont assez élevés !

Les dépenses de transfert [3] augmentent nettement moins qu’en 2012. C’est au détriment de la dotation [4] au CPAS. Quid de la politique sociale dans un contexte de crise ? Évidemment les dépenses de transfert [3] pour le SRI (Service Régional d’Incendie) augmentent également.

Mais l’amélioration du résultat 2013 (par rapport à 2012 !), s’explique principalement par le bon résultat des recettes additionnelles [5] qui atteignent leur meilleur niveau. Il faut se poser la question de son caractère exceptionnel ou non. Vu le contexte général, on a plutôt envie de dire qu’il est exceptionnel.

Et malgré tout cela, le compte 2013 reste en négatif ! Ce n’est pas rassurant compte tenu de la faiblesse du résultat global (même pas 500.000 euros alors que les dépenses annuelles dépassent les 7 millions !) et compte tenu surtout de l’obligation d’équilibre budgétaire à retrouver. D’où notre question : Comment le Collège va-t-il ramener l’équilibre budgétaire alors que malgré des évolutions favorables, l’année 2013 reste en déficit significatif ?

Pour les investissements, la commune a très peu d’autofinancement. Elle est donc dépendante des subsides de la Région et de sa capacité d’emprunts. Or, on l’a vu, la dette est importante et on sait que les emprunts des communes sont dorénavant limités. D’où des questions quant aux investissements futurs !

[1] Différence entre les recettes et les dépenses de l’année 2012

[2] Différence entre les recettes et les dépenses de l’année 2013

[3] Dépenses destinées à certains organismes para-communaux ou intercommunaux

[4] Ensemble des revenus attribués à un établissement public

[5] Taxes supplémentaires proportionnelles ayant pour base de calcul un impôt de l’État ou de la Région.